Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les sources de la croissance: article  d'actu

Vers une nouvelle ère chinoise ?

Après une croissance économique moyenne d'environ +10 % par an au cours des 20 dernières années, la Chine voit son rythme d'accumulation de richesses ralentir. Ce ralentissement symbolise la fin d’une ère de forte croissance économique.

Nous allons donc analyser les causes de ce ralentissement économique, et les conséquences de celui-ci sur l’économie chinoise.

A partir des années 1990, l’économie chinoise entre dans une phase d’expansion inédite dans son ampleur et dans son intensité, en accroissant à long terme et de façon soutenue sa production annuelle de richesses. Le point culminant de cette croissance se situe au milieu des années 2000.

Durant cette période, la politique économique expansionniste chinoise reposait sur de forts investissements dans les facteurs travail et capital. En effet, le pays a longtemps pu se targuer de posséder la plus importante main d’œuvre manufacturière au monde, qui était également l’une des moins chères. C’est notamment grâce à cela que le pays a pu devenir au fil des ans le principal exportateur industriel mondial.

Cependant, en endossant ce rôle de nouvelle puissance mondiale, la Chine a dû faire face à de nombreuses réformes sociales. De ce fait, les salaires des travailleurs chinois explosent, on enregistre une hausse moyenne de 15% par an, alors que la productivité n’augmente en moyenne que de 6% par an.

De plus, la Chine a atteint son potentiel maximal au niveau du facteur travail. Effectivement, ce facteur a été tellement exploité qu’il se retrouve aujourd’hui face à un important problème : la loi des rendements marginaux décroissants. De ce fait, même si la Chine continue d’investir dans le facteur travail, sa productivité augmentera très faiblement, et finira même par devenir constante.

Cette situation marque donc la fin d’une période de croissance extensive pour la Chine. Ainsi, la croissance chinoise doit être portée par des investissements ayant pour but de créer du progrès technique, et par une augmentation de la production globale des facteurs, tout cela afin de garantir une croissance économique intensive, voire même endogène.

Cette transition apparaît comme un véritable virage économique pour la Chine, qui devra désormais s’habituer à des croissances du PIB plus faibles que jusqu’à présent. Le gouvernement chinois s'est d’ailleurs fixé un objectif de croissance annuelle de 7,5 % cette année et de 7 % pour la durée du plan quinquennal en cours.

En définitive, la Chine arrive au bout d’un cycle, celui d’une formidable croissance extensive, qui lui a permis de se hisser au rang des plus grosses puissances économiques mondiales. Désormais devenu trop gros, le pays a besoin de restructurations afin de se faire une place au sein des pays dits développés. Pour cela, il est nécessaire d’amorcer une importante transition économique, en passant d’une croissance extensive, faite de facteurs capital et travail, à une croissance intensive ou endogène, basée sur le progrès technique.

Tag(s) : #terminale spécifique

Partager cet article

Repost 0